Injection de botox à cannes nice et monaco
305
page-template-default,page,page-id-305,ajax_fade,page_not_loaded,,paspartu_enabled,paspartu_on_top_fixed,paspartu_on_bottom_fixed,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
 

Botox

La toxine botuliquebotox nice

La toxine botulique est une substance bien connue des médecins car ils l’utilisent déjà depuis une quarantaine d’années environ pour corriger un défaut de strabisme par exemple ou encore des tics de la face. Il y a une vingtaine d’années, son utilisation a évolué et les médecins ORL et ophtalmologistes ont commencé à s’y intéresser de très près pour traiter différents troubles. Son utilisation dans le domaine de l’esthétique a été découverte par un ophtalmologue canadien qui s’est aperçu qu’elle diminuait les pattes d’oie des patients traités. Le recours à la toxine botulique a été autorisée en 2002 aux Etats Unis sous le nom de botox et l’année suivante en France. Elle servait majoritairement à traiter le pli frontal entre les deux yeux, communément appelé : la ride du lion.

La toxine botulique a pour indication première la capacité à détendre les muscles. C’est pourquoi, elle est régulièrement utilisée dans le traitement des rides du visage car elle détend les muscles et par conséquent un visage détendu semble toujours plus jeune et radieux.

Avant de commencer la séance, le chirurgien esthétique se renseigne auprès de sa patiente pour connaître son état de santé général et les médicaments qu’elle aurait pu prendre récemment, notamment l’aspirine qui est une contre indication absolue car elle empêche la coagulation. D’autres contre indications sont répertoriées et empêchent totalement le recours aux injections : la grossesse, l’allaitement, l’allergie à la toxique botulique et à ses dérivés, toutes les pathologies qui entraînent une mauvaise coagulation, les maladies neuronales, etc. Qui que soient les patientes, elles doivent présenter un dossier médical le plus complet possible afin d’éviter tout risque pour leur santé.

Le jour de l’intervention, la peau de la patiente doit être parfaitement propre et sans aucune trace de maquillage. Le chirurgien procède ensuite aux injections de toxine botulique botox en quelques points très précis du visage à l’aide de fines aiguilles. Le traitement ne dure que quelques minutes et n’est quasiment pas douloureux. Après cette séance, la patiente prendra soin de ne pas s’allonger, de ne pas masser son visage et de ne pas faire de sport pour ne pas risquer de bleus ni de fuites de produits vers d’autres muscles. En revanche, elle devra contracter la zone traitée cinq secondes par muscles, trois fois par jour, pendant trois jours. Après les injections, quelques rougeurs peuvent apparaître ainsi que de légers gonflements, de petites douleurs et des troubles de la sensibilité. Certaines patientes ont aussi ressenti des maux de tête, une sécheresse oculaire, des nausée, une gêne à la déglutition, etc. Chaque symptôme doit être impérativement signalé au praticien. La séance suivante pourra avoir lieu au minimum trois mois après.

On observe parfois quelques irrégularités dans le résultat final. C’est le cas par exemple quand les rides sont trop profondes ou quand les muscles traités sont trop asymétriques. Quand cela se produit, le praticien réinjecte de la toxine botulique deux semaines après la première injection car c’est le temps généralement nécessaire à la stabilisation du résultat. Le nombre d’injections se fait en fonction des résultats obtenus d’une séance sur l’autre.